"Au commencement était le Verbe" Jn 1, 1




Si le projet Zoolook a débuté durant l'été 2000 en proposant un Dj set par mois sur mon site perso, il a pris forme au cours des années, s'est décliné en plusieurs concepts et s'est fait sens au fil des petites chroniques associés aux mixes pour se déployer pleinement au travers de ce blog ouvert en juin 2005.



L'idée de départ était de réaliser un mixe par mois comme un regard porté sur le monde. Puis m'est venu le besoin de nommer ce regard comme un signe du temps. Le désir s'est fait sentir de laisser quelques mots effleurer le mixe au travers d'une chronique comme un reflet d'époque pour mieux décrire mon propre voyage sur ces "soundscapes".

A l'ouverture du site internet, j'ai compris ce qui animait mon projet à ces mots de Paul Ricoeur : "Je m'exprime en exprimant le monde. J'explore ma propre sacralité en déchiffrant celle du monde".

Depuis toujours, jouer de la musique, mixer, écrire aussi, c'était faire l'expérience des choses autour de moi, célébrer leur beauté et leur merveille. Mais surtout, par-delà cette célébration onirique, cette expérience des réalités invisibles révélait un cheminement intérieur, la quête d'une mélodie plus secrète, celle de ma propre vie. D'où ce blog sous forme de journal intime, expression de soi et rencontre du Tout-Autre.




Je n'en avais pas l'intention à la création du site. Mais il m'est apparu qu'il pouvait répondre à ce problème récurrent, à savoir que ne transparaissait pas assez clairement dans les chroniques cette tension intérieure. Celles-ci ne sont bien souvent qu’après coup l’accouchement d’un long cheminement, d’un exigeant travail, d’une expérience qui s’est édifiée au quotidien. Or l’enjeu est de faire part de ce mystère de vie qui travaille en moi. Il s’agit bien au cœur de mon intimité non d’étaler ma vie privée mais de faire part d’une expérience qui dévoile une présence. Je sens que quelque chose bouillonne en moi, s’efforce de me façonner, semble m’ériger dans ma dignité propre.

Mais cela ne va pas sans de terribles tensions, des ruptures, parfois des fuites et des impasses… bien souvent des crises extérieures qui renvoient à bien des crises intérieures. C’est à travers toute l’ambiguïté humaine que se poursuit la marche de l’homme. Et celle-ci n’est pas un problème de doctrine ou de morale, mais de découverte de soi à travers les épreuves de la vie… Un combat avec ses propres démons, un combat avec le Très-Haut, l’Indicible. C’est ainsi que l’homme est confronté à sa véritable vocation. Rien ne doit être rejeté, mais au contraire appréhendé. La descente dans l’abîme, la solitude, l’affrontement soudain avec la force jaillissant des profondeurs est une rencontre de l’ombre, de tout ce qui a été étouffé jusqu’à présent en nous-même, mais c’est aussi une rencontre du Très-Haut. Bien sûr, nous tentons toujours de maîtriser la force inconnue, de l'identifier, en voulant la nommer. Mais de cet affrontement, nous sortons nous-mêmes renouvelés et renommés.

La réconciliation avec soi-même et avec le Tout-Autre reste cependant toujours fragile, car notre histoire n’est jamais terminée. Nous restons des êtres inachevés en quête de notre vérité. L’antagonisme perdurera comme il perdure au cœur de tout homme. Mais c’est aussi dans notre fidélité à nous même, dans l’attachement inconditionnel à Celui qui nous fait faire ce « voyage » à la fois extérieur et intérieur que notre identité s’affirmera.

Le projet ZoolooK, loin de toute certitude est celui qui interroge tout possible.

S'interroger pour interroger l'Autre, pour vous interroger.




Bien des rubriques sont encore en construction tandis que le site est continuellement amené à évoluer vers une plus grande dynamique, un projet qui doit être appelé à communiquer. Le projet zoolook n'est pas achevé et ne sera peut-être jamais achevé. il est une oeuvre en perpétuelle création, des variations électroniques sur la vie, celles de notre vie. Ephata !


page suivante

Partager cette page

Repost 0