Musique : promise, zoolook
Like : une victoire propre
Dislike : déjà rentrer de teuf... voudrais que ça s'arrête jamais !
Méditation : Une parole juste, Francine Carillo.

Plaisir d'un week-end plein...
D'abord la satisfaction d'un travail bien fait en ayant renoué avec la victoire et en se classant premier au championnat juste avant les vacances de Noël. Une satisfaction qui vient ensuite s'incrire dans une dynamique collective au sein d'un staff technique qui prend forme, une équipe d'entraîneurs qui commencent à se nouer autour du charisme du coach russe de la première... Puis cette effervescence nocturne qui exalte le corps et le coeur...


*
* *



La clarté d'un vendredi soir qui voit se dessiner la certitude d'un week-end entier. Je m'évapore dans la nuit comme un vieux rêve... Trip de noctambule avec Testo qui m'invite à boire et discuter le coup dans un baramix aux ambiances trancey et psychédélik coktail... Sommeil profond...

*
* *


... et matinée flottante sous les caresses d'un soleil réapparu... lecture aux mots élégants... Repas au temple aquatique sous les baies vitrées baignées d'or à surveiller les plongeurs... Puis l'arêne qui s'anime, envahie par le public nombreux venu voir son équipe fanion jouer contre le géant du sud, Nice. Présence des élus, des personnalités, pour une promotion des classes sport-études... Je retrouve mes pôtes de l'équipe technique régionale, ça taquine, ça provoque, ça chambre sévère entre coachs. Ambiance de fête n'empêchant pas l'entraîneur de la première de prendre carton rouge au bout de 2 minutes seulement, qui vient nous rejoindre, expulsé dans les gradins. Match honorable face au tenant du titre... Le coach nous offre la vodka chez lui pour fêter nos matchs de suspension, tous les entraîneurs ayant récolté un carton rouge cette semaine dans leur catégorie respective. Il en résulte un embroglio innomable pour savoir qui va remplacer qui le prochain week-end, je devrais me retrouver à coacher l'équipe cadet à Marseille... On descend voir nos frères ennemis les Noiséens qui rencontrent en soirée Strasbourg. Un match nul aurait fait notre affaire, mais l'arbitre enlève à Strasbourg sa chance d'égaliser en toute fin de match sur supériorité numérique en sifflant une contre faute en périphérie. C'est de bonne guerre pour les franciliens mais l'alsacien tire la gueule...

*
* *


Je passe chez Maître Phil occupé à fêter l'anniversaire de sa promise en famille, avouons-le, surtout parce que l'occasion se présente de manger un bon repas à l'oeil... Testo me transmet le numéro de la boite vocale de la soirée privée "progressive session". Une coupe de champagne et me voilà en train de filer sur Paname pour récupérer les places derrière le comptoir d'un baramix tamisé. Ballade de Noctambule à la poursuite de Testo... Arrivé au laboratoire du créateur fou, sous la culée d'un pont du Paris magique et secret, l'ambiance est terriblement progressive et surtout blindée de monde. Déco sympa, alternative people tranquillou, mais impossible de se déhancher sur les sons progressive plutôt house de Thomas Penton sans embrasser ceux qui sont autour de toi, tellement corps à corps... me fait penser à une bacchanale genre Sion en fête dans matrix... M'approche de ce qui semble être le bar pour retrouver toute la faune psyché du panoramic Paname. Je fête ces quelques retrouvailles pour me lancer ensuite sur les sons progressive profondément trance de Ace Ventura. Ca chatouille le plexus et ça fait le plus grand bien au corps qui avait soif de caresses mélodieuses. La tête dans les lights, sourires d'illuminées, les bras lancés sous les voûtes de cet univers souterrain. Monde à l'envers...



Tag(s) : #Quotidienneté

Partager cet article

Repost 0