Musique : Constellation, Zoolook
Like : ballade en forêt...
Dislike : surveillance à l'aube...
Méditation : le fondement de notre être ne se soucie guère de nous, il nous risque. Rilke

Semaine dense. Une vie entière vient de me traverser... L'expérience est forte et vertigineuse... Ce match nul qui me reste en travers de la gorge et qui cristallise à lui seul toutes les tensions accumulées depuis ma prise de poste d'entraîneur, toute l'absurdité de ma situation professionnelle, les conflits d'intérêt qui s'accumulent au détriment de la seule raison qui me pousse à faire ce job, la passion. Dissonances... La passion est vitale et dynamisante quand elle est saine. Mais elle devient vite chaotique quand elle est malmenée. Beaucoup d'amertume me ronge le ventre, la colère frappe ma poitrine et pour la première fois depuis des temps oubliés, la haine a grondé dans ma tête. Les remplacements de poste et les permutations de services, mon téléphone portable égaré, des nouvelles pesantes de l'entourage ont fini d'exacerber ces émotions contrastées. Ce sont les aléas d'une existence trop sensible et donc trop exposée aux tourments de la vie...

*
* *


Depuis ce tragique matin de mois d'août où d'obscures réalités ont fait surface au lit de la famille, alors que la saison estivale s'achevait et que je me préparais doucement à quitter la demeure familiale pour retourner chez moi, le monde a soudainement pris des proportions difformes, bancales, terriblement abimées. Mon coeur est défiguré par la douleur. Ma bulle a fini par éclater. Et pourtant tout semble comme avant. Peut-être parce qu'au plus profond de moi se tapissait dans l'ombre cet épais monde, et que cet autre en moi savait un jour la venue de cette heure dramatique. La prodigieuse force intérieure grondait d'attendre et devenait force aspirante... Elle est là aujourd'hui devant moi d'une grande intensité, puissance pressante qui veut se consumer. Rien n'a changé, tout s'est révélé. Mon regard est le même tellement je sais le chaos que nous portons en chacun de nous, tant je sais d'expérience le tragique d'une vie s'affrontant à son contraire et s'accroissant de cela même qui semble la nier.

*
* *


Et puis il est aussi au creux du soir des rencontres improbables... Un ange est venu auprès de moi célébrer la Saint Clément, histoire de me dire qu'il est d'autres manières de vivre. Il m'a effleuré de son regard abîmé m'encourageant à devenir ce que je suis, à consentir à concourir à un immense jeu dont on ne déchiffre pas toutes les règles. Dans la nuit, sur un bout d'île, il m'a enlacé d'une humanité cachée sous les lumières étincelantes.

Tag(s) : #pensées...

Partager cet article

Repost 0