Musique : Trentemoller - physical fraction
Like : une parole juste
Dislike : entraînement annulé pour panne d'électricité...
Méditation : Voici, j'ai placé devant toi une porte ouverte que nul ne peut fermer. Apocalypse 3, 8
"Qui d'entre nous ne connaît pas ces gifles que les circonstances nous imposent, quand la vie tout à coup résiste et que les autres se désistent ! Tout ressemble alors à rien. Les chemins se font impasses, les certitudes s'émiettent, l'insolente solitude s'étale sur les heures du jour comme de la nuit. Plus grave encore, l'élan du coeur se défait et la confiance se noie sous l'amertume.
Il arrive qu'on en reste là, longtemps. Mais il arrive aussi qu'on rencontre une parole juste, de celles qui relèvent le courage et pansent doucement la blessure. C'est parfois un regard, parfois une attitude qui nous rendent à la bonté d'être en vie. Il suffit souvent de peu, mais c'est un peu qui est tout. L'échec n'est plus alors un lieu de ratage, mais de compagnonnage qui nous ouvre vers le haut, au coeur de ce qui nous tire vers le bas.
"Ne liquidez pas trop vite vos blessures : elles peuvent, si vous en avez la grâce et le courage, donner naissance à des ailes." (jean Sulivan)
Comment avancerions-nous sur notre chemin d'humanité, sans ces paroles "redressantes" qui viennent nous soigner en profondeur quand l'horizon n'est que noir et nous, pris dans les filets du désespoir ?
Nous n'échappons pas à l'âpreté de la vie, ni au tragique qui parfois la traverse. Mais nous n'échappons pas non plus à l'appel d'être, pour les autres, cette parole qui déborde et l'âpreté et le tragique. Ce n'est pas que nous soyons particulièrement vaillants, mais c'est qu'il y a, déposé au fond de nous, un Amour qui nous ouvre sur le large d'une existence à reconquérir sans cesse sur tous les verrouillages qui la menacent.
Ce qui est devant, c'est de l'ouvert, c'est du possible, c'est une promesse qui fait rebondir notre vitalité au-delà de toutes les portes qui claquent. Cette Parole est prononcée sur chacune de nos vies, sans exception. Mais encore faut-il aller à sa rencontre. Le meilleur moyen de l'entendre, c'est encore de lui donner corps, de la rendre vraie pour ceux qui sont en attente d'espérance, en attente de présence. Et qui cherchent désespérément une main pour traverser enfin de la rudesse à la tendresse."

Extrait de la chronique de Francine Carrillo in la revue Panorama n°424 sept 2006.


à mon petit frère, à mes parents...
Tag(s) : #Prière - coeur à corps

Partager cet article

Repost 0