Musique : rétrospective audiorama sur mon transistor
Like :
une partie de lazerquest...
Dislike : dos bloqué en faisant du roller dans l'appartement
Méditation : "Qu'ils dansent les os que tu broyas !" Ps 51, 10

J'ai mis en ligne dans le module de gauche ma "rétrospective audiorama" qui fait le tour de "ces oeuvres musicales qui ont marqués mon coeur de leur empreinte mélodieuse d'aussi loin que portent mes souvenirs jusqu'en ces temps présents". Si la playlist est affichée dans la rubrique biosphere, il me semblait intéressant d'avoir directement une approche auditive, c'est le propre de ce blog.

*
* *

[suite...]
Le petit peuple des influences aux voix fantastiques semble s'être envolé pour un ailleurs tandis que les enchanteurs se sont endormis. Les portes secrètes donnant sur les réalités invisibles ont disparu, enfoui dans un songe sans fin. Mais voilà qu'en fait le monde des merveilles, derrière son effacement apparent, derrière son bruissement qui ne dit rien, est resté à jamais ancré en nous, éclairé de la métamorphose qui nous y lie. Un maître chanteur, devenu aujourd'hui mon electronic twin, m'en a montré autrefois les voies, "la petite fille aux dents pourries", "l'araignée" d'eau. Nous avons traversé ensemble la porte céleste de tannhauser, "seven day and one week"... Je découvre alors un autre univers, nouveau tribalisme, où les maîtres mots sont le ludique, l'imaginaire, la jubilation, la vitalité, la jouissance, la créativité, transformés en art de vivre, un monde où la vie devient une fête perpétuelle.
Premières soirées, premières cassettes échangées, et découverte d'un monde dans le monde, univers aux fantaisies archaïques, aux cérémonies mystérieuses, dans une salle investie, dans un hangar, dans un champs, dans une clairière... Je deviens fasciné par ce monde que l'on aperçoit parfois à la télé tard dans la nuit, un peuple multicolor en apesenteur, aux danses joyeuses, aluné sur bateau au milieu du pacifique ou encore une autre peuplade magnifiant la vie sur les décombres d'une cité. Je découvre sa culture naissante dans les revues et les radios spécialisées, notamment son champs musical au travers des sélections de coda-magazine, de l'émission 'transescape' sur Couleur3 ou encore les mixs du vendredi soir sur radio FG. La musique techno US pure et dure du "blunted boy wonder" Steve stoll, la techno minimaliste et intimiste de plastikman "consumed", le big beat puissant et ravageur des british Propellerheads, celui jubilatoire et déjanté des Chemical brothers, l'ambiant prolifique de Pete Namlook, les mélopées sombres et mélancoliques de Massive Attack, les sons nostalgiques old school des frenchies du groupe Air, les sons acides de Josh Wink, les mélodies exotiques et psychédéliques de Space tribe, Hallucinogen et Electric Universe sur les compilations Distance to Goa viennent ériger un espace millénariste, réenchantement de la cité.
Peu après le grand soir de l'an 2000, où je découvre les débuts prometteurs du label lyonnais Ultimae sous leur ancien nom Infinium, je me mettrai aux machines et puis aux platines. Je développe des concepts suivant le style musicale oppéré. Début résolument techno dans le style "decks, efx & 909" de Richie Hawtin, voir hardtechno aux ambiances "ho, what a ravy day" de Laurent Hô. La techno nordique de Henrik B et ses potes, la hard-techno britannique de Glenn wilson et ses confrères, puis la techno allemande et berlinoise avec Monika Kruse, Ellen allien et leurs accolytes. La scène française et plus particulièrement rhône-alpines offrent de belles découvertes que relaie sur Lyon les magazins Independance rec et Eardrum. Je ferai quelques passages au "monde à l'envers" dans le quartier des canuts.
Progressivement, dans la pénombre des veilles, vient m'habiter de plus en plus la musique ambient avec les merveilleuses productions d'Ultimae et ses soirées enchanteresses. Aes Dana et Solar Fields ouvre de nouveaux horizons. Mes mixs évoluent de plus en plus vers ce style atmosphérique et envoûtant. Son pendant progressive et psychédélique vient agrémenter aussi quelques uns de mes sets tandis que je redécouvre aujourd'hui l'electro minimale. Les avancées technologiques offrent de nouvelles possiblités de mixer notamment avec le final scratch en disposant de n'importe quel média depuis son ordinateur sur support vinyl encodé.


Un jardin de possible toujours florissant d'avenir !

Tag(s) : #Warm up : playlist et soundscape

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :