Musique : Daïmon - Zoolook Dj-set
Like :
mixer...
Dislike : douleur au genou...
Méditation : Si l'existence perdure, c'est qu'en général les hommes la préfèrent à la mort. E. Durkheim.

Ce qui est toujours fascinant au cœur de la connaissance, c'est de mettre des mots sur des phénomènes, de voir ce qui peut nous animer. Mais ce qui "met le ravioli en ébullition", c'est surtout de se poser la question de savoir si nous aurions agit de la même manière avant et après telle ou telle lecture. La sociologie se veut de démonter les faits de société pour en comprendre les mécanismes d'apparition. Sa tendance, nous le savons tous, est alors d'organiser, de classer, de catégoriser, d'ordonner tout phénomène social au risque de le déformer, de l'amplifier, de le caricaturer, de l'enfermer dans un "cliché", le préjugé version carte postale. Au fil des lectures, alors que nous cherchons à définir notre propre identité, nous rebondissons de personnages en personnages. Il nous semble alors que nous élaborons plus une apparence de rigueur que nous ne découvrons notre personne. Pour autant se construit un univers intellectuel de plus en plus dense qui continue d'interroger le monde et ne manque pas de s'interroger et d'éprouver la viabilité de ses concepts.
Je sais qu'il est difficile de mettre des mots sur ce que l'on est, sur ce que l'on croit aussi tellement certaines croyances nous apparaissent comme des évidences. Et quand bien même, nous tentons l'expérience, ces mots qui nous semblent objectivés sont porteurs d'imaginaires et lourds de sens multiples. Etre occidental ou se dire occidental, être français ou se dire français, être jeune ou se croire jeune... alors les croyances deviennent floues... de gauche, de droite ? Extrême, pas extrême ? Radical ? Du sud, du nord ? Catholique ou non ? Agnostique ? Paganiste ? Mystique ? Alors Islamiste peut-être... ha, ça non, c'est sûr, dirait l'autre, comme quoi, nos idées, nos mentalités sont profondément marquées par nos cultures, nos mœurs, nos rites, nos goûts, nos sens.
C'est peut-être pourquoi j'essai toujours une approche la plus symbolique qu'il soit car les sens restent ouverts. La signification est multiple sur plusieurs plans, les sensations sont fugitives, les possibles constamment accessibles. Je recoupe ces symboles auxquels je semble attaché pour voir quelle vision du monde ils renferment pour ensuite mieux se projeter dans l'avenir avec ce soucis constant que le monde de demain sera celui que l'on veut bien faire.

Tag(s) : #pensées...

Partager cet article

Repost 0